Retour sur la SITL 2021 : La Relance du Fret Ferroviaire

train
27 octobre 2021
Transport et mobilités

Quelques chiffres : Aujourd'hui, le Fret Ferroviaire représente 9% du trafic de marchandises en France et 18 % dans l'Union Européenne.

L'objectif annoncé de l'Etat dans ce secteur, notamment dans le cadre notamment de la loi Climat & Résilience et de la Loi d'Orientation des Mobilités (LOM), est de doubler la part du trafic fret ferroviaire en France d’ici 2030.

Par la voix de son Ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, les investissements publics annoncés pour les années à venir sont conséquents :

  • Une aide de 170 Millions € par an jusqu'en 2025 pour la filière
  • Des financements supplémentaires, dans les infrastructures notamment, à travers le Plan de Relance #FranceRelance

Quelle stratégie pour la relance du fret ferroviaire ? 

Via une alliance (4F : Fret Ferroviaire Français du Futur) qui réunit tous les acteurs de la filière en France afin de structurer un ensemble de mesures nécessaires à la sauvegarde et au développement du fret ferroviaire en France.


Cette coalition regroupe :

  • Les entreprises de fret : Fret SNCF, DB Euro Cargo Rail, VFLI, Europorte, Lineas, RegioRail, Millet Rail
  • Les opérateurs de combiné multimodal : Novatrans, Naviland Cargo, T3M, Froidcombi
  • L’opérateur d’autoroutes ferroviaires VIIA
  • Les opérateurs ferroviaires de proximité (réunis au sein de l’association Objectif OFP)
  • Les différentes associations et fédérations (AFRA, GNTC, AFWP, FIF, UTP, VFF, AFGIFI)
  • Le commissionnaire Forwardis
  • Le gestionnaire d’infrastructures SNCF Réseau
  • L’État (il n’y a pas d’autorité organisatrice pour le fret ferroviaire)

Via le projet européen Carex (CArgo Rail EXpress) qui incite à la mise en place d'un report modal du fret aérien, transporté après l'atterrissage par camion, vers le fret ferroviaire. L'objectif de ce projet est de relier les Hubs européens entre eux et permettrait une réduction du trafic de fret aérien de 10% en Europe. Ce projet, porté par des acteurs publics (communes, départements, etc) et privés (entreprises de logistiques) est également une mesure pour lutter contre les nuisances sonores de l’aérien et du routier dans les zones limitrophes (alentour de Roissy par exemple). Ce projet rentre parfaitement dans l'objectif de construction d'une "Europe du Fret" que le ministre appelle de ses vœux dans les prochaines années.
Le principal frein à la mise en oeuvre rapide de ce projet est son coût, un milliard d'euros. Pour le moment, en attente d’arbitrage politique sur cet investissement conséquent.

  Quels sont les enjeux de cette relance ?

  • Investir, innover et moderniser les infrastructures et le matériel roulant
  • Sécuriser les lignes capillaires vers les entreprises clientes
  • Assurer une qualité et une régularité des trains de fret
  • Proposer des horaires intéressants au fret ferroviaire dans l’offre de sillons
  • Accompagner l’inscription et la pérennisation de la LOM dans les territoires et pour les entreprises clientes
  • Travailler sur la complémentarité des modes : “on ne mettra pas tous les camions sur des trains, on doit rester axé sur la recherche de solutions communes”
Image
train de marchandises
false

Quelles tendances pour le fret ferroviaire de demain ?

 Le SITL est l'occasion pour les fournisseurs d'équipements et les opérateurs de présenter leurs expérimentations de nouveaux services, parmi lesquels : 

D'autres tendances identifiées sur le salon :

  • L'ouverture de la SNCF à la collaboration et à la culture partagée (contexte de mise en concurrence progressive)
  • L'investissement dans le fret de nuit (210 millions € pour SNCF Réseau)
  • Un meilleur maillage du territoire, de meilleures connexions entre les modes de transport et les lieux de production et de transit (usines, entrepôts) 
  • Les programmes d'accompagnements CEE (Certificats d'économies d'énergie) porté par le ministère de la Transition Écologique au travers desquelles le sujet de l'optimisation de la chaîne logistique ressort (notamment via la combinaison de plusieurs modes : ferroviaire, fluvial, routier)
  • Le développement de la 5G : Utilisation de cette technologie pour la gestion du déchargement automatisé (autonomes) du cargo vers train.

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Edouard LEGRAND
Directeur d’Unité, Directeur de l'Expertise Transport et mobilités

Le numérique est au coeur des mutations du transport et de la mobilité. Il bouleverse les modèles établis et rend possible l'émergence de nouveaux usages, dans un cadre légal adapté. C'est pourquoi nous accompagnons l'ensemble des acteurs de l'écosystème dans leur transformation sur leurs enjeux métiers ainsi que sur le pilotage et le déploiement de leurs projets IT.

Partager
le Centre d'Expertise Transport & Mobilités
une exclusivité mc2i