Résilience : quand la crise de la COVID 19 aide la FrenchTech à lutter contre le cancer

24 mai 2021
Santé

Le lien entre COVID 19 et lutte contre le cancer n’est pas immédiat il est vrai, et est assez inattendu. Cependant, de par son histoire et ses activités, la jeune startup française Résilience illustre parfaitement l’innovation induite par la crise sanitaire et ses applications dans la MedTech.

L’agilité des start ups face à la COVID 19 

Tout commence lors de la première vague de la COVID 19, au prémice du premier confinement sur WhatsApp, en pleine pénurie de matériel et de moyens, un groupe d’entrepreneurs de la FrenchTech s’organise pour apporter au personnel médical le précieux matériel dont ils ont besoin en lançant Protège ton soignant (1). L’objectif de cette initiative est de récolter des fonds afin d’acheter et d’acheminer du matériel médical sur le « front » afin de permettre au personnel soignant d’assister les patients de plus en plus nombreux. 

Après avoir levé presque 7,5 Millions d’euros et rassemblé plus de 140 bénévoles, le mouvement prend fin en juin 2020. Cependant, deux des entrepreneurs à l’initiative du mouvement, Jonathan Benhamou et Céline Lazorthes, décident de poursuivre leur collaboration.

Ce fut l’occasion pour ces deux amis de prendre un nouveau départ entrepreneurial au service d’une cause qui a du sens. Ils se lancent ainsi dans la MedTech avec Résilience en ayant pour objectif de lutter contre le cancer, qui rappelons-le, est la seconde cause de mortalité au monde.

Des fondateurs d’expérience

Loin d’être des novices dans l'entreprenariat, Céline Lazorthes est la fondatrice de la cagnotte en ligne Leetchi et de MangoPay; Jonathan Benhamou est quant à lui à l’origine de PeopleDoc, le numéro 1 de la dématérialisation des services de Ressources Humaines en Europe.

Alors qu’ils considéraient chacun avoir déjà vécu leur expérience entrepreneuriale de leur côté, et ayant plusieurs fois exprimé leur souhait de ne plus vouloir entreprendre (2), la pandémie de la COVID 19 a su réveiller leur créativité et leur envie d’entreprenariat.

En effet, ils sont tous deux fondateurs de deux des plus belles success story de la FrenchTech et ne pensaient plus être directement impliqués dans de tels projets. 

Résilience : un outil à double intérêt

Seconde cause de mortalité, en passe de devenir la première d’ici les prochaines années, l’oncologie était le candidat idéal pour les deux entrepreneurs afin de s’attaquer à la MedTech.

L’idée du développement de ce projet est née de deux constats. Tout d’abord, il existe aujourd’hui plus d’une centaine de traitements et une forte littérature et activité scientifique sur le sujet. Il s'agit donc pour Résilience d’apporter aux oncologues un outil innovant d’aide à la décision quant au traitement à apporter en fonction des dernières recherches. En effet, à la vue de cette richesse d’information, les oncologues éprouvent des difficultés à traiter toutes ces données et ne peuvent se tenir parfaitement informés quant aux toutes dernières avancées scientifiques. Le choix du traitement peut donc ne pas être le plus adapté à la situation du patient par manque d’informations. 

La première phrase visible sur leur site internet est la citation suivante, issue de la constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé de 1946, et illustrant parfaitement une volonté de diffusion de la connaissance médicale : 

La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale.

Le savoir mis à disposition des médecins quintuple chaque année, et ceux qui n’ont pas les moyens de s’y éduquer ne prennent pas forcément les meilleures décisions.

Jonathan Benhamou

En effet, selon leurs calculs et afin de permettre à un oncologue d’être up to date sur la littérature médicale, il devrait lire pas moins de 547 articles par jour. 

Le second constat à l’origine de Résilience est le manque d’accompagnement des patients, qui par manque de temps et de ressources médicales, sont très souvent livrés à eux même face à la maladie et lors de la gestion des effets secondaires induits par leurs traitements. 

Concrètement, le logiciel permet d’ingérer la masse de données produites quotidiennement, de les digérer et de les synthétiser afin d’offrir aux oncologues, une source d’information actualisée et adaptée à leur patient grâce à un patient virtuel et une interface graphique. Patient qui à travers l’application devient acteur de son traitement en renseignant ses effets secondaires afin d’apporter une seconde source d’information à l’oncologue. Cette information a un fort impact dans le choix du traitement pouvant grandement  améliorer sa qualité de vie. 

L’objectif est en aucun cas de se substituer aux oncologues, mais simplement d’utiliser l’intelligence artificielle afin de lui fournir les informations les plus récentes et pertinentes en fonction des cas.

Une première levée de fonds à 5 millions d’euros

Associés à Gustave Roussy, premier centre de recherche contre le cancer au niveau français mais aussi européen et cinquième au niveau mondial, et à Unicancer, Céline Lazorthes et Jonathan Benhamou ont su s’entourer d’acteurs reconnus et légitimes dans leur domaine portant ainsi l’ensemble du projet. Dès lors, la start up a pu mettre sur pied son propre comité scientifique et un comité à mission composé d’anciens patients ayant été confrontés à un cancer. 

Par ailleurs, outre cette légitimité, les succès entrepreneuriaux passés des deux co-CEO de Résilience leurs ont permis de rapidement fédérer et de lever 5 millions d’euros. 

Parmi les business angels soutenant ce projet, nous retrouvons de nombreuses têtes de la Tech française comme Singular, Xavier Niel, Nathalie Balla, Jean-Charles Samuélian ou encore Roxanne Varza. 

A l’image d’un dispositif médical ou d’un médicament, la prochaine étape est l’étude clinique afin de mener une preuve de concept (POC), démontrant ainsi les réels bénéfices du projet.

La crise de la COVID 19 a donné l’opportunité à deux esprits, deux personnalités de collaborer, et a donc permis le lancement de ce nouveau projet ayant pour ambition d’apporter un support non négligeable aux oncologues et aux patients, et ainsi lutter contre le cancer. 

N’oublions pas de souligner que derrière ces technologies et ces projets, il y a des femmes et des hommes et que ce sont eux, qui de par leur vision, leur investissement et leur leadership donnent cette agilité au monde de la Tech armant ainsi le personnel médical afin de répondre au mieux aux enjeux de demain.

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Isabelle DUBACQ
Isabelle DUBACQ
Directrice d’Unité, Directrice de l'Expertise Santé

Convaincu que le numérique peut aider les organisations et les Hommes à mieux gérer notre santé, mc2i a construit une solide expertise des problématiques rencontrées par les différents acteurs de l’écosystème santé et les accompagne sur le pilotage des systèmes de santé, les offres de soins, la sécurité sanitaire et la santé au travail.

Partager
Vincent DOMEC
Consultant