DAF 2021, quel remaniement pour ses priorités ?

29 juin 2021
Finance et achats

Les directions financières ont été mises à rude épreuve après une année agitée par la crise du coronavirus. Cette année semble être celle de la reconstruction en s’appuyant sur une transformation numérique qui devient urgente. C’est ce que révèle l’étude menée par PwC et la DFCG, « se réinventer durablement ». Quel a été l’impact de cette crise sur les priorités du DAF ?

Le DAF pendant la crise

Le Directeur Administratif et Financier (DAF) a pour objectif de donner la trajectoire financière de l’entreprise et gérer la trésorerie, il donne de la visibilité sur le budget et les prévisions. Ayant la réputation de rester d’ordinaire dans les coulisses et de ne pas prendre part aux décisions stratégiques, le DAF a vu son rôle évoluer durant cette crise. En effet,  sa fonction est devenue  beaucoup plus centrale, plus décisionnelle et a gagné en visibilité auprès de la direction générale.

Les directions financières ont été fortement sollicitées pendant la crise, elles ont dû s’adapter et faire preuve d’agilité. L’impact immédiat de l’année dernière reste la généralisation du télétravail qui a posé des difficultés pour gérer les équipes à distance et maintenir le lien entre les équipes. De manière générale, et comme dans beaucoup de secteurs, la crise a accéléré la digitalisation de la fonction finance. Les entreprises plus outillées ont moins subi la crise. C’est un des grands enseignements de cette période qui pousse les DAF à se poser la question de l’investissement dans l’outillage, et c’est désormais 70% des grands groupes qui estiment que l’outillage du processus prévisionnel doit être un axe d’évolution majeur.  

Une accélération de la transformation digitale 

L’étude menée par PwC sur les priorités des DAF pour 2021 atteste de leur remaniement par rapport à 2020 et montre une volonté de plus en plus importante de se digitaliser.

Que ce soit dans les petites ou les grandes entreprises, la priorité pour cette année reste le pilotage de la performance. Il est logique dans un monde de plus en plus VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity), de souhaiter une gestion efficace des données. Concrètement, les directions financières souhaitent (à 78 %) se digitaliser afin de se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée. Les outils de reporting et BI restent la priorité pour les investissements de 2021 qui permettraient de mieux comprendre ses données et ainsi se focaliser sur la projection et le prévisionnel.

La gestion de la trésorerie reste essentielle pour les DAF (2ème des priorités). Pour une majorité des interrogés (65 %), la gestion du cash est l’élément le plus impacté par la crise du COVID. Entre le manque de visibilité sur la durée et les impacts de la crise, il est très dur de gérer au mieux les flux de trésorerie. Afin d’améliorer cet axe, le DAF a souvent dû réfléchir au moyen de  réduire ses besoins en fonds de roulement. De nouveau, le DAF a besoin d’outils nécessaires pour gérer au mieux sa trésorerie. Il ne serait pas étonnant de voir une accélération de la digitalisation pour faciliter cette tâche.

Mais qu’en est-il de la gestion des talents, auparavant essentielle pour les directions financières ? 

Les directions financières souhaitent se focaliser davantage sur l’automatisation et la standardisation des processus. Aujourd’hui, la gestion des talents est une priorité non pas moins importante mais moins urgente (3ème  à 6ème place) et les talents pourraient, à l’avenir, se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée après la digitalisation massive qui attend la fonction finance.

Les enjeux de demain

La digitalisation de la fonction finance ainsi que le développement massif du télétravail est forcément accompagné d’une montée en puissance des enjeux de cybersécurité. Aujourd’hui, pas moins de 84% des entreprises se disent exposées à des risques de cyberattaques. Les tentatives de cyberfraudes sont de plus en plus importantes. La stratégie pour lutter contre ces fraudes réside principalement dans la sensibilisation des équipes (72 %) vers les bonnes pratiques qui limiteront ces risques. La sécurisation des environnements IT sera le second levier pour diminuer ce risque

Cette année fut également celle de la montée en puissance des sujets de RSE. Cette prise de conscience s’est principalement observée dans les grands groupes où 85% des Directeurs financiers estiment que la crise a accéléré l’intégration de ses enjeux dans la stratégie de l’entreprise contre 42% pour les ETI. Le DAF doit dorénavant entrer dans une démarche sociale et environnementale. Il est un important levier dans l’intégration des enjeux RSE, principalement en fournissant les données de reporting (66 %) mais également pour maîtriser les risques sociaux (35 %) et dans l’investissement dans la rénovation des infrastructures (23 %).

Ces évolutions tendent à placer le DAF de plus en plus au centre des stratégies et de consolider voir d’accentuer son rôle de Business Partner.

Le sujet vous intéresse ? Nos experts vous répondent

Vincent TERRIER
Vincent TERRIER
Directeur financier, Directeur des Fonctions Finance, Immobilier et Achats

Notre expertise et nos compétences en gestion financière permettent à nos clients de piloter de manière performante et pérenne leur activité.

Sylvain FOURNIER
Directeur d'Unité adjoint et de l'expertise Finance, Immobilier et Achats

Les directions font face à un nombre d'enjeux grandissants, nos équipes accompagnent nos clients dans ces challenges dans le but d'optimiser leur rentabilité.

Partager
Adrien Dumas Crouzillac
Consultant